Benoit Mbala Etogo : de l’IGSJ a la cour des comptes de la CEMAC

Benoit Mbala Etogo : de l’IGSJ a la cour des comptes de la CEMAC

Sa légende pourrait s’intituler « né sous une bonne étoile ». A raison. Inspecteur au Ministère de la Justice jusqu’à sa nomination, Benoît MBALA ETOGO, Magistrat hors-hiérarchie 2ème groupe, est désormais membre à part entière de la Cour des Comptes de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale -CEMAC-. Il fait partie de ceux que la vie et la providence dorlotent, les derniers évènements de sa vie professionnelle l’attestent.

C’est le Décret n°2021/444 du 20 aout 2021 portant détachement d’un Magistrat qui le propulse de la

Chancellerie pour N’Djamena qui consacre la grâce dont a toujours bénéficie cet affable et fervent croyant catholique. 1er surpris de son étonnante promotion, Benoit MBALA ETOGO relevé :

« j’ai bénéficié d’un mandat de Juge d’une durée de 06 ans, projeté par le Président du Conseil des Chefs d’Etat de la CEMAC, le Président de la République du Cameroun, Paul BIYA, dont l’action s’étend également dans les institutions annexes telles que la Banque des Etats de l’Afrique Centrale -BEAC- et la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale -COBAC- entre autres. Je suis le 1er parmi les 12 Juges de la Cour des Comptes à avoir un mandat de 06 ans. Renouvelable ! ».

Il faut relever que la Convention régissant la Cour des Comptes Communautaire prévoit en son article 06 que sous réserve des dispositions de l’article 10, les membres ont nommés par la Conférence de Chefs d’Etat pour un mandat de 06 ans renouvelable. Nomme en remplacement de son compatriote, Achille FOUDA NKODO décède avant la fin de son mandat, Benoit MBALA ETOGO achèvera ce mandat en cours avant d’entamer le sien propre. Le processus de son intégration après le décret de détachement, S’est poursuivi avec sa prestation de serment délocalisée pour causes de contingences sanitaires liées au Covid-19. L’évènement a eu lieu au cours d’une audience solennelle le 22 février 2022, audience qui a également marque la rentrée judiciaire 2021-2022 de l’institution, sous le regard du Président de la Transition du Tchad, MAHAMAT Idriss DEBY ITNO. Le Certificat de prise de service obtenu dans la suite de cette prestation de serment a parachevé le processus d’intégration du désormais Juge a la Cour des Comptes de la CEMAC. A N’Djamena, la capitale de la République du Tchad ou il a pris ses quartiers, Benoit MBALA ETOGO a retrouvé son compatriote et collègue Daniel EBENE. 

La Cour

La prestation de serment et l’installation des 02 nouveaux membres de la Cour a été l’occasion de revisiter les textes fondateurs que sont l’Accord de siège, la Convention et les Statuts communément appelés « Accords combinés » ; étape préalable a tout renouvellement de mandat au niveau de l’Exécutif de la Cour. Cette formalité accomplie, Benoit MBALA ETOGO a pu entamer son mandat personnel, après le passage oblige de l’Assemblée Générale, instance de briefing et d’orientation des nouveaux membres. Une autre Assemblée Générale, élective cette fois, fait également partie de l’institution, de même que 12 membres statutaires issus des 06 Etats de la Communauté, a raison de 02 représentants par pays. Cependant, une élection menée par le collège des 12 pairs- Juges est la condition sine qua non pour y exercer. La Cour, outre le Directoire, compte 02 chambres d’égales responsabilités. Le Directoire de la Cour Communautaire des Comptes de la CEMAC est composé du Premier Président, en la personne de l’Equato-Guinéenne Rosario MBASOGO KUNG NGUIDANG qui vient d’achever le mandat de son compatriote décède, d’un Procureur General en la personne du tchadien HASSAN MAHAMAT Idriss nouvellement intègre aussi et d’un Procureur General-Adjoint, le Congolais David OSSEKE. Les 02 Chambres ont à leurs tètes la centrafricaine Clémentine FANGA NAPALA et le camerounais Benoit MBALA ETOGO, respectivement. Copte pour présider l’Assemblée Générale élective a peine arrive à N’Djamena, ce dernier a ensuite été élu à ce poste de Président de Chambre en battant son concurrent gabonais par un plein de voix, son concurrent ayant voté pour lui. Le contrôle des finances publiques de la Communauté, le contrôle juridictionnel des comptes et des comptables, l’assainissement de l’environnement financier de la sous-région et la promotion des valeurs de transparence et d’efficacité dans la gestion des ressources financières n’auront plus aucun secret pour Benoit MBALA ETOGO.

Un nouvel univers professionnel pour celui qui demeure cependant Vice-Président de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun. Aussi reconnaissant qu’ému, Benoit

MBALA ETOGO affirme avoir toujours été béni pendant toute sa vie. Sur le plan professionnel, il dit avoir « tout » reçu et culmine au poste d’Inspecteur, sous les «mandatures» du Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Laurent ESSO. Le natif de Lendom II dans le département de la Lekie, région du Centre, qui a intègre la magistrature par le Décret n°91/437 du 14 novembre 1991 en tant que Substitut du Procureur de la République près les Tribunaux de Première et Grande instance d’Edéa a également été Juge et Juge d’Instruction au sein des mêmes Tribunaux de 1998 a 2001 suite au Décret n°98/248 du 1er octobre 1998. La suite de sa carrière s’est déroulée à Douala au Tribunal de Première Instance de Douala- Ndokoti ou le Décret n°2001/370 du 21 novembre 2001 l’a maintenu dans les mêmes attributions. Le 20 décembre 2006, le Décret n°2006/467 fait de lui le Président du Tribunal de Première Instance de Bertoua. Il y passera 06 ans avant de devenir Substitut General du Procureur General près la Cour d’Appel du Nord suite au Décret n°2012/196 du 18 avril 2012. 02 ans plus tard, Benoit MBALA ETOGO est promu Chef de la Cellule du projet Sigipes du Ministère de la Justice, par Décret n°2014/568 du 18 décembre 2014. Le 10 aout 2020, il accède au prestigieux poste d’Inspecteur, a l’Inspection Générale des Services Judiciaires du Ministère de la Justice, un parcours marque par de belles, grandes et exceptionnelles rencontres. Ses « petites mamans », l’Inspecteur General des Services Judiciaires, Rosalie Marie Rose MBARGA et le

Procureur General près le Tribunal Criminel Spécial, Justine Aimée NGOUNOU TCHOKONTHIEU, font partie de ces personnes d’exception dont Benoit MBALA ETOGO ne tarit pas d’éloges. Et par-dessus tout et tous, ce père de 16 enfants, nés de son épouse Sandrine, rend grâce au Dieu Tout-Puissant, en qui il a une foi inébranlable. En rappel, parmi les 12 membres de la Cour des Comptes de la CEMAC, seuls les camerounais, les congolais et 01 sur 02 centrafricains sont des Magistrats de formation.

Précédent Sécurité routière : il faut agir

Laisse ton commentaire

18 − sept =

Médias sociaux

Yaoundé , Quartier Administratif

Heures d'ouverture :

Lun – Ven: 8h:00min – 16:00min

Notre Newsletter

Inscrivez vous à notre lettre d’information.

[mc4wp_form id="228"]

Téléchargez notre application