Administration de la justice : Une décennie d’avancées

Administration de la justice : Une décennie d’avancées

Depuis toujours, les pouvoirs publics se sont lancés un défi : rapprocher la justice du justiciable. Une ambition clairement affichée au fil des décennies. Et pour y parvenir, des moyens adéquats ont été mis en jeu et des mesures subséquentes prises. Si sur le plan institutionnel, arrimer la carte judiciaire et la carte pénitentiaire à la carte administrative demeure l’une des priorités dans l’atteinte de cet objectif, d’autres aspects, non moins importants, ont été pris en compte et ont été passés au crible pour une justice qui réponde mieux aux attentes toujours plus grandissantes du justiciable ; un justiciable toujours plus exigeant. De la protection des libertés à la modernisation de la politique pénitentiaire en passant par l’harmonisation et la modernisation de la législation, l’accroissement et le rajeunissement des ressources humaines avec en prime de multiples recrutements, ainsi que les mutations infrastructurelles, cette dernière décennie a été marquée par de nombreuses et grandes avancées. Des avancées qui font dire à certains observateurs que l’administration de la justice au Cameroun, sans cesser de se moderniser, et au-delà de quelques goulots d’étranglement, se rapproche un peu plus chaque jour, des standards internationaux en la matière. Des standards internationaux que le Cameroun tutoie désormais sur le plan de la protection des libertés, à travers l’élaboration des documents de stratégie intégrant ou dédiés aux droits humains et aux libertés publiques, la ratification de plusieurs importantes conventions internationales et régionales relatives aux droits humains et aux libertés publiques, l’adoption de nombreux textes législatifs dont l’impact sur les droits humains et sur les libertés publiques est significatif, la mise en place des institutions et des structures chargées de la mise en œuvre et du contrôle des droits humains et des libertés publiques, la coopération active avec les mécanismes et organes internationaux et régionaux de promotion et de protection des droits humains et la multiplication des actions de promotion des droits humains et des libertés publiques.

Pour s’assurer du respect et de l’application de tous ces instruments en relation avec la protection des libertés, une véritable révolution s’est effectuée au niveau des ressources humaines. 1 155 Magistrats, 1 683 fonctionnaires de Greffes, 2 831 personnels de l’Administration Pénitentiaires et 500 Secrétaires ont ainsi été recrutés et intégrés cette dernière décennie. Des personnels et d’autres dont l’amélioration des conditions de travail a été placée au sommet de l’échelle des priorités.

Entre construction – 13 juridictions concernées et 06 prisons pour 4 900 places supplémentaires -, réhabilitation – 11 juridictions concernées et 76 prisons -, extension – 05 prisons -, études pour construction – dont 07 sont achevées pour ce qui est des juridictions – et création de prisons – environ 20 établissements pénitentiaires -, une panoplie d’actions a été exécutée tant à la Chancellerie que dans les juridictions. A cette panoplie s’ajoutent entre autres, la dotation en matériel de bureau, matériel informatique et en matériel roulant.

Au-delà de cet environnement de travail qui se veut propice à l’efficacité et à l’efficience gage de la satisfaction du justiciable, l’harmonisation et la modernisation du système judiciaire vient mettre en avant la culture bi-juridique du Cameroun, tout en mettant en accord non seulement les justiciables, mais aussi l’ensemble des acteurs de la chaîne judiciaire. Ici, les efforts des pouvoirs publics sont perceptibles non seulement dans les domaines de l’accès des citoyens à la justice et de la modernisation de l’organisation judiciaire, mais aussi et surtout dans l’actualisation du droit substantiel et l’amélioration des textes régissant les statuts des personnels judiciaires et pénitentiaires ainsi que l’amélioration du système pénitentiaire en général. A tout cela s’ajoutent les nombreuses réformes intervenues sur le plan institutionnel et qui participent aussi de la volonté du législateur de répondre aux attentes multiformes des justiciables. En définitive, l’administration de la justice, depuis 2011, est engagée dans une décennie véritablement révolutionnaire, qui sera à jamais inscrite en lettre d’or, dans les annales de la justice au Cameroun.

Laisse ton commentaire

1 × 4 =

Tous nos posts

Médias sociaux

Yaoundé , Quartier Administratif

Heures d'ouverture :

Lun – Ven: 8h:00min – 16:00min

Notre Newsletter

Inscrivez vous à notre lettre d’information.

[mc4wp_form id="228"]

Téléchargez notre application